37 - Indre-et-Loire

166e Cercle de silence de Tours

« 4 000 morts en mer en 2021, conséquence directe de la maltraitance des États ! » Mardi 25 janvier, rassemblement de 18 h 30 à 19 h 30, place Jean-Jaurès, à Tours, de celles et ceux qui veulent que soit respectée la dignité humaine des étrangers.

Nous avons centré notre réflexion, détaillée dans le 99e bulletin du Cercle de silence de Tours, sur le thème : " Les migrants, nouveaux damnés de la terre. "

En 2021, le nombre des arrivées de migrants en Europe a dépassé celui de l’année précédente, tout comme ceux des victimes ou disparus. Si la mobilité est devenue une caractéristique de la modernité, elle est, pour certaines populations — soumises dans leurs pays d’origine à des violences sociales, politiques ou environnementales — une contrainte bien plus qu’un droit, accentuée par le rejet des pays du Nord qui, les jugeant indésirables, n’ont de cesse de les maltraiter. Après avoir subi, lors d’un périple extrêmement dangereux quand il n’est pas mortel, le trafic des passeurs, la brutalité des camps et lieux d’enfermement, voire la mise en esclavage, la prostitution et les viols, des millions de migrants se retrouvent ainsi réduits, dans les pays d’accueil et pour un temps indéterminé, à la condition de sous-citoyens. En dépit des devoirs humanitaires qui s’imposent à eux, c’est la peur qui guide les politiques migratoires de ces pays riches, où les partis populistes et nationalistes poussent aux surenchères sécuritaires et répressives, en diffusant quantité d’arguments erronés et haineux, relayés plus ou moins complaisamment par les médias dominants alors même que leur inanité est régulièrement démontrée par des études ou travaux de recherche.
Non, les migrants ne représentent pas une menace mais constituent, au contraire, une richesse pour des sociétés vieillissantes au taux de natalité faible. Non, le coût de leur prise en charge ne met pas en péril l’équilibre économique de l’Europe et s’avère très inférieur aux budgets engagés dans les opérations de refoulement et de répression.
Non, la France n’est pas menacée d’invasion, comme l’affirment les pseudo-théoriciens du « grand remplacement » qui feignent d’ignorer que 90 % des déplacements de population se font du Sud au Sud.
Comme de nombreux citoyens qui, individuellement ou collectivement, refusent d’être associés à ces choix politiques mortifères et préfèrent la solidarité à l’indifférence ou à la passivité, nous continuerons, avec l’ensemble des Cercles de silence de France, de dénoncer les faux discours et de lutter contre les idées reçues dont certains ne manqueront pas d’user et d’abuser en ces périodes préélectorales.

 [1]

Contacts : Louis BARRAUD (02 47 28 54 41 / 06 85 14 30 02) ; Patrick BOURBON (02 47 63 27 06)

Notes

[1À l’appel de : Chrétiens-Migrants, Ligue des droits de l’homme (LDH), Réseau éducation sans frontières (RESF), Action des chrétiens pour l’abolition de la torture (ACAT), Amnesty International 37, Pastorale des migrants, CCFD-Terre solidaire, Rencontre-Entraide protestante, La CIMADE, Europe Écologie - les Verts Touraine, NPA, ATTAC, Collectif Palestine 37, Emmaüs cent pour un, et de tant d’autres qui relaient cette information.
En mémoire du père Léon Gahier, prêtre-ouvrier, capucin de la famille des Franciscains et parrain du Cercle de silence de Tours.